Applications vocales : à la recherche de la killer app

Gaetan Fronpar Gaetan Fron

Les assistants vocaux sont bel et bien là, reste à inventer des applications innovantes.

L’excitation des premières semaines est retombée. Après leur lancement en fanfare sur le marché français, les enceintes connectées Google Home, Amazon Echo et Apple HomePod se sont installées : selon Mediametrie, 89% des internautes connaissent leur existence et elles comptent 1,7 millions d’utilisateurs.

Pour autant, il ne faut pas réduire le service d’assistant vocal aux seules enceintes. Les assistants personnels (Google Assistant, Alexa ou Siri) sont disponibles sur de multiples supports. Aux USA, les enceintes ne représentent que 22,9% des usages. La majorité des usages se concentrent sur les smartphones notamment dans un contexte d’utilisation en voiture.

 

La stratégie de Google et d’Amazon est claire : leurs assistants doivent être ubiquitaires : disponibles partout et à tout moment. Ainsi, Google annonçait récemment que son assistant était disponible sur 1 milliard de terminaux, Alexa de son côté sur 100 millions.

Téléviseurs, frigos, casques, consoles de jeux, box internet, serrure connectée… Tous les équipements de la maison (et du bureau) seront bientôt connectés à un assistant et prêts à servir les requêtes vocales des utilisateurs.

L’impérieuse nécessité de prendre place sur ce nouveau terrain

Pour les marques, il est indispensable de s’intéresser à cette nouvelle interface d’utilisation de l’informatique et d’internet. La voix représente un canal d’interaction majeur dans les années à venir. Elle est le moyen de communication le plus ancien, le plus simple et le plus rapide. La voix permet en outre d’ouvrir les usages auprès de populations qui peuvent avoir des difficultés avec le clavier ou l’interface tactile : personnes âgées, handicapées…

Alors, même si les interactions avec les assistants ne sont pas toujours fluides, même si les premières expériences ne sont pas toujours concluantes, les entreprises doivent y aller. Il s’agit de prendre place sur un nouveau terrain d’expérimentation.

Oui, les ROI ne sont pas évidents à trouver, les modèles économiques sont inexistants ; cela rappelle les sites web en 1995. Mais tout cela va changer, les applications vocales sont l’une des plus spectaculaires applications grand-public de l’intelligence artificielle. Amazon emploie plus de 10.000 salariés pour emmener Alexa encore plus loin. Les assistants bénéficient des progrès exponentiels de l’IA dans le domaine de la compréhension du langage et de la synthèse vocale. Les assistants se mettent à jour automatiquement et tous les mois de nouvelles fonctionnalités apparaissent.

Bientôt, au moment où apparaîtront les premières killer app vocales, nous nous demanderons comment nous avons fait pour vivre sans.

En 2019, les usages les plus populaires des assistants sont les suivants (usage au moins une fois par mois) – source voicebot.ai – janvier 2019

  • questionnement général (typiquement réponse apportée par wikipedia ou un autre site) : 66%
  • écoute de musique : 70%
  • météo : 61%
  • alarme / réveil : 42%
  • minuteur : 47%
  • radio : 40%
  • utilisation d’une application tierce : 35%

Cette dernière catégorie nous intéresse particulièrement car elle représente les fonctionnalités non-gérées par Google, Amazon ou Apple. C’est le terrain des applications de marques.

Dans les OS mobiles (iOS, Android), les développeurs ont bâti des empires et gagné des fortunes avec le développement des magasins d’applications : par exemple Uber, Spotify, Angry Birds, Instagram, Candy Crush… Aucun succès comparable n’est encore présent dans la bibliothèque de skills d’Alexa ou d’Actions de Google.

Cela arrivera, c’est certain.

Des applications vocales pour tous

Les entreprises doivent donc se saisir des nouvelles opportunités qu’ouvrent les assistants vocaux. Les technologies sont disponibles pour créer relativement facilement une application vocale. Il faut, par contre, s’entourer de vrais compétences dans la phase de design conversationnel. Même si l’application est dans un premier temps simple dans ses fonctionnalités (et il le faut!), le scripting des conversations ne s’improvise pas. Il ne faut pas reproduire les erreurs de 2016 lors de déferlante des chatbots sur FaceBook Messenger : de piètre qualité, ils ont pour la plupart déçus leurs premiers utilisateurs qui ne les ont jamais relancés.

Cas d’usages, prototypage, conseil et réalisation d’applications, découvrez l’offre de demain.ai dans le domaine des applications vocales

NEWSLETTER

Votre briefing sur les tendances principales, menaces et opportunités, ainsi que les outils de l’intelligence artificielle.

VOIR LA DERNIÈRE NEWSLETTER »

Intégrez l’intelligence artificielle dans votre entreprise

demain.ai offre une gamme de services permettant à toutes les entreprises de saisir les opportunités business de l’IA.

Séminaires de formation, diagnostic IA des données, identification et analyse de cas d’usages, réalisation concrète d’un P.O.C., mise en production, nos équipes peuvent vous accompagner dans chacune des étapes de l’intégration concrète de l’intelligence artificielle.

L'EQUIPE DEMAIN.AI »